Par ARCHIVES RÉVOLUTIONNAIRES — Il est clair que la perpétuation de la crise sociale et sanitaire actuelle est due à (au moins) trois facteurs systémiques : premièrement, la faiblesse généralisée du système de santé publique, victime de la gestion entrepreneuriale des gouvernements acquis à l’idéologie néolibérale ; deuxièmement, la priorité absolue accordée à l’économie (à la production et à la consommation notamment), entraînant une négligence constante quant aux conditions de travail et de vie des travailleur.euses, fortement à risque de contracter le coronavirus ; et troisièmement, le choix d’une gestion culpabilisante et autoritaire envers les individus plutôt qu’une prise en charge...

Par Laura AGUSTÍN — Pour appuyer l’idée selon laquelle le sexe reproduit la vie sociale, on peut souligner que les personnes suffisamment chanceuses pour connaître une vie sexuelle satisfaisante se sentent fondamentalement confirmées et renouvelées par elle. En ce sens, une travailleuse qui fournit des services sexuels effectue un travail de reproduction. Le travail du sexe rémunéré est un service de soins lorsque les travailleuses fournissent de la compagnie semblable à celle d’un·e ami·e ou d’un·e thérapeute et lorsqu’elles donnent des tapes dans le dos — que la compassion soit feinte ou non....

Par Natalie STAKE-DOUCET — L’historiographie des soins infirmiers est blanche. Pire que ça, l’histoire des soins infirmiers est centrée autour d’une seule et unique infirmière blanche : Florence Nightingale. Malheureusement, cela ne veut pas dire que les infirmières et infirmiers comprennent vraiment qui elle était. Il existe, bien entendu, des historien·ne·s de la profession infirmière qui font un travail extraordinaire et diversifié, mais de façon générale, tant la profession que la discipline académique des soins promeuvent une image de Nightingale qui trouve ses fondements dans la suprématie blanche au lieu de présenter des faits historiques. J’entends ici expliciter le rôle de Nightingale...

Par Éloi HALLORAN et Camille TREMBLAY-FOURNIER — Dans le contexte de pandémie, les structures physiques de l’éducation postsecondaire sont plus ou moins complètement remplacées par des structures numériques. Bien que cette tendance précède le contexte actuel, la mise en ligne de l’éducation postsecondaire repose maintenant presque exclusivement sur le domicile étudiant comme nouvel espace de travail. Le numérique passe ainsi d’une médiation du travail étudiant entre l’école et la maison à sa domiciliation presque complète. Tout cela est médié par leurs connexions Wi-Fi, que les étudiant·e·s partagent bien souvent avec leur famille ou leurs colocataires, comme iels partageaient autrefois les chemins...

Par Emilio GUZMÁN LAGREZE — À l’occasion de l’anniversaire de la plus grande révolte de l’histoire du Chili depuis la dictature de Pinochet et du référendum pour l’adoption d’une nouvelle constitution, j’ai ouvert le dialogue avec Raoul Vaneigem pour faire un retour sur les événements et sur la possibilité de déroger à la constitution du laboratoire néolibéral. Un texte de son plus récent livre était consacré à l’insurrection chilienne; j’ai donc voulu savoir quelles étaient ses réflexions un an plus tard dans le contexte référendaire....

Par Eli MEYERHOFF — Pour expliquer comment de tels récits de crise de l’éducation postsecondaire sont liés à son histoire romantique, j’examine, dans Beyond Education, les débats politiques contemporains sur son « impasse ». Bien qu’elle puisse être approchée de pleins de manières, la plupart des auteur·trice·s de livres récents sur l’éducation postsecondaire aux États-Unis posent l’impasse comme une crise. Plutôt que de la traiter comme une question politique liée à des conflits entre des manières de faire le monde et des modes d’études, on pose l’impasse comme une question analytique et morale à résoudre par persuasion rationnelle. Les récits...

Par TTPE — Le collectif des Travailleuses et Travailleurs Progressistes de l’Éducation offre ses sympathies et ses condoléances aux familles de l’enseignant et de l’adolescent récemment tués à Conflans-Sainte-Honorine en France. En tant que travailleuses et travailleurs de l’éducation qui travaillent étroitement avec les familles de nos élèves, nous croyons que cette tragédie doit nous motiver à entamer une discussion essentielle sur les actes de violence générés par des maux de société qui ont lieu dans nos établissements scolaires, tout en prenant le temps de guérir comme communautés scolaires. Ce cheminement doit s’inscrire dans notre objectif commun de transformer nos écoles...

Par Kathleen DUROCHER — Des années 1870 à 1928, l’allumière de la E.B. Eddy se démarque en tant que principale productrice d’allumettes au Canada, ce bien essentiel du quotidien avant que l’électrification ne s’entame réellement. Durant des décennies, des centaines d’employé·e·s, principalement des adolescentes et des jeunes femmes, s’affairent à l’emballage des bouts de bois inflammables. Travaillant dans des conditions difficiles, entre 50 à 60 heures par semaine, et ce, toute l’année, elles ne gagnent qu’un maigre salaire octroyé à la pièce[1]. Victimes de ce système d’exploitation instauré par le plus puissant employeur de la ville, les ouvrières de la E.B....

Par Etienne SIMARD — La crise sanitaire a précipité la généralisation du télétravail à domicile dans bon nombre de secteurs. S'il présente une situation privilégiée face aux risques de contagion et des avantages non négligeables en termes de flexibilité, il attaque aussi nos capacités d’auto-organisation en milieux de travail et contribue à moyens termes à la détérioration de nos conditions de vie. D’abord en faisant éclater les collectifs de travail déjà mal en point, ensuite en nous dépossédant d’espaces de réflexion théorique et pratique nécessaire à la prise de contrôle sur toutes les dimensions des luttes pour l'amélioration et la transformation...

Par Jason READ — À partir de Hegel, nous pourrions dire que l’État doit continuellement maintenir le lien entre les significations éthique et économique du travail, entre le travail en tant que discipline et le travail en tant que production de biens et de services nécessaires réparant ce que le capital lui-même brise par l’automatisation des emplois. C’est l’État qui nous dit que tous les emplois sont essentiels. L’idéologie dominante qui nous dit que « nous travaillons pour gagner notre vie » présente une relation artificielle et médiatisée comme une relation naturelle, ce qui transforme le fait plus complexe que...