Par Valérie SIMARD — À l'occasion du lancement de Pandemonium: Prolifération des frontières du Capital et déviation pandémique par Angela Mitropoulos dans une traduction par Valérie P. Simard, nous publions la préface de la traductrice. Angela Mitropoulos est une des théoriciennes les plus éclairantes de l'heure. Sa contribution critique à l'évènement pandémique offre une grille d'analyse pour saisir les différents mécanismes en jeu et anticiper les déviations à venir. L'ouvrage de Mitropoulos sera mis en dialogue avec le bilan collectif Traitements-Chocs et Tartelettes à travers les réflexions de Josiane Cossette et de Julien Simard lors du lancement montréalais....

Par Maud SIMONET — Les appels gouvernementaux à la solidarité et au bénévolat, comme ce fut le cas au Québec et en France dès le début de la pandémie, ne sont pas des nouveautés historiques. S'adressant en particulier aux femmes, la gratuitisation du travail participe de la casse du service public qui a fragilisé la capacité de réponse à la pandémie....

Par ANGELA MITROPOULOS— Dans Pandemonium, Angela Mitropoulos met en lumière le rôle du néolibéralisme et des gouvernements autoritaires dans la réponse inefficace à la crise. Nous vous présentons ici deux extraits traduits de son essai....

Par ARCHIVES RÉVOLUTIONNAIRES — Il est clair que la perpétuation de la crise sociale et sanitaire actuelle est due à (au moins) trois facteurs systémiques : premièrement, la faiblesse généralisée du système de santé publique, victime de la gestion entrepreneuriale des gouvernements acquis à l’idéologie néolibérale ; deuxièmement, la priorité absolue accordée à l’économie (à la production et à la consommation notamment), entraînant une négligence constante quant aux conditions de travail et de vie des travailleur.euses, fortement à risque de contracter le coronavirus ; et troisièmement, le choix d’une gestion culpabilisante et autoritaire envers les individus plutôt qu’une prise en charge...

Par Éloi HALLORAN et Camille TREMBLAY-FOURNIER — Dans le contexte de pandémie, les structures physiques de l’éducation postsecondaire sont plus ou moins complètement remplacées par des structures numériques. Bien que cette tendance précède le contexte actuel, la mise en ligne de l’éducation postsecondaire repose maintenant presque exclusivement sur le domicile étudiant comme nouvel espace de travail. Le numérique passe ainsi d’une médiation du travail étudiant entre l’école et la maison à sa domiciliation presque complète. Tout cela est médié par leurs connexions Wi-Fi, que les étudiant·e·s partagent bien souvent avec leur famille ou leurs colocataires, comme iels partageaient autrefois les chemins...

Par Etienne SIMARD — La crise sanitaire a précipité la généralisation du télétravail à domicile dans bon nombre de secteurs. S'il présente une situation privilégiée face aux risques de contagion et des avantages non négligeables en termes de flexibilité, il attaque aussi nos capacités d’auto-organisation en milieux de travail et contribue à moyens termes à la détérioration de nos conditions de vie. D’abord en faisant éclater les collectifs de travail déjà mal en point, ensuite en nous dépossédant d’espaces de réflexion théorique et pratique nécessaire à la prise de contrôle sur toutes les dimensions des luttes pour l'amélioration et la transformation...

Par Jason READ — À partir de Hegel, nous pourrions dire que l’État doit continuellement maintenir le lien entre les significations éthique et économique du travail, entre le travail en tant que discipline et le travail en tant que production de biens et de services nécessaires réparant ce que le capital lui-même brise par l’automatisation des emplois. C’est l’État qui nous dit que tous les emplois sont essentiels. L’idéologie dominante qui nous dit que « nous travaillons pour gagner notre vie » présente une relation artificielle et médiatisée comme une relation naturelle, ce qui transforme le fait plus complexe que...

Par Sophie LEWIS — Dans le contexte de la pandémie, alors qu’on appelait la population à se réfugier dans son domicile, Sophie Lewis remet en question l’idée que la maison soit un lieu sécuritaire pour plusieurs. Alors que les plateformes de vidéoconférence donnent l’impression d’abolir les frontières entre privé et public, Lewis affirme que la logique du confinement risque au contraire de renforcer la privatisation du foyer et l’exclusion des populations marginalisées. Mais au même moment, les mesures de confinement n’arrivent pas à contenir la réponse populaire aux violences racistes. Observant les émeutes qui éclatent un peu partout aux États-Unis, les...