Cristaux et machines analytiques : préliminaires historique et conceptuel à une nouvelle théorie des machines

Par GEORGE CAFFENTZIS
Publié le 14 septembre 2020

Dans cet article, je soutiens que le travail immatériel, tel que défini par ses partisans comme Hardt et Negri, n’existe pas. Afin de défendre cette affirmation, j’examine comment le travail a été compris dans l’histoire du capitalisme à travers l’étude des machines, et je soutiens que la théorie la plus réussie des machines dans la société capitaliste est celle de Marx. Je m’appuie sur cette théorie pour défendre mon scepticisme concernant le travail immatériel. Cependant, la théorie de Marx, elle-même, doit être défendue. L’un des critiques les plus sophistiqués de Marx, Philip Mirowski, l’a accusé d’être «envieux» de deux théories physiques contradictoires à la fois: la théorie des substances de l’énergie des années 1840 et la théorie des champs de l’énergie des années 1860. Mirowski soutient que Marx ne pouvait pas décider laquelle prendre comme modèle pour le travail, les machines et la valeur et qu’il a donc utilisé les deux et s’est retrouvé avec une théorie contradictoire de la valeur et des machines. Dans la première partie de l’article, je défends la théorie de Marx en démontrant que la binarité que Mirowski déploie pour critiquer la théorie de Marx (les catégories de substance versus celle des champs) n’est pas du tout une binarité et que la théorie de Marx est cohérente. Dans la deuxième partie, je démontre que la théorie des machines de Marx est incomplète. S’il incluait la théorie des machines simples et des moteurs thermiques, il ne comprenait pas les machines de Turing, même si Charles Babbage avait développé la première version d’une machine de Turing trente ans avant la publication du Capital. Cet inachèvement encourage des penseurs comme Hardt et Negri à affirmer que les services, les produits culturels et, particulièrement, la connaissance et la communication sont des produits immatériels et nécessitent donc un travail immatériel pour leur production. Une nouvelle théorie des machines complète montrerait comment les services, les produits culturels, les connaissances et la communication sont des biens matériels, et appuierait donc mon affirmation initiale. – GC

Anna Deligianni, You've got wires comin' out of your skin

Et en cela il y a une très grande utilité, non pas parce que ces roues ou autres machines accomplissent le transport du même poids avec moins de force ou avec une plus grande vitesse, ou à travers un intervalle plus long, que ce qui pourrait être fait sans de tels instruments par une force égale mais judicieuse et bien organisée, mais plutôt parce que la chute d’une rivière ne coûte rien ou peu de chose par rapport à l’entretien d’un cheval ou de tout autre animal dont la puissance excède celle d’au moins huit hommes ; elle est beaucoup moins coûteuse que la rémunération de tant d’hommes. – Galilée 1

Introduction

Karl Marx a souvent noté de façon sardonique que l’éthos capitaliste évoque un imaginaire magique du «tout pour rien» en ce qui a trait aux potentialités lucratives de la science et des machines. Cette attitude a été saisie avec justesse au XVIIe siècle par Ben Jonson dans sa pièce L’alchimiste et, au XIXe siècle, par des charlatans excentriques comme Charles Redheffer et John W. Keely, dont les cerveaux bourdonnaient au rythme de machines et des machinations à mouvement perpétuel2. Selon Marx, les capitalistes, loin d’être les agents sobres et rationnels représentés par l’idéal-type de Max Weber, promeuvent une conception irrationnelle des usages des machines, qui correspond au fameux fétichisme que le capitalisme inculque aux marchandises: fétichisme plus ancré que ne l’était le culte que les Ouest-Africain·e·s étaient censé·e·s exprimer envers leurs idoles en bois. Loin de définir l’avenir incontournable de l’humanité, le capitalisme est intrinsèquement incapable de comprendre les machines qui servent, sous forme d’outils et de symboles, de prétexte à ce futur présumé.

Dans cet article, j’analyse la théorie de Marx sur les machines dans le capitalisme. Je le fais pour contribuer au débat sur le travail immatériel. Je prends une position radicale dans ce débat: le travail immatériel, tel que défini, par exemple, par Hardt et Negri dans Empire — « un travail qui produit un bien non matériel tel que service, produit culturel, connaissance ou communication »3 — n’existe pas. Je soutiens que les services, les produits culturels, les connaissances et les communications sont des « biens matériels » et que le travail qui les produit est lui aussi matériel (bien qu’il ne soit pas toujours tangible). Les produits des services, des massages aux coupes de cheveux stylées, sont des biens matériels incorporés; les produits culturels comme les peintures, les films et les livres sont tout à fait matériels; les communications nécessitent des canaux parfaitement matériels (même si le matériau peut être des électrons « invisibles »); et, enfin, les connaissances, telles qu’elles sont actuellement comprises, sont, comme les buts comptés dans les matchs de soccer, une transformation matérielle spécifique de la réalité sociale.

Cependant, pour faire valoir mon point de vue, il ne suffit pas de présenter des contre-exemples, comme je viens de le faire. Il me faut présenter un modèle du travail en réponse aux « immatérialistes » et, comme tous les modèles de ce genre, il doit comprendre un substitut à la machine, car le modèle de compréhension du travail humain dans le capitalisme est celui de la machine qui peut le remplacer dans le cadre de la production capitaliste. L’identification du travail humain à l’action des machines est un cas particulier d’une situation générale. Marx s’obstine à souligner, à partir des Manuscrits de 1844 jusqu’au troisième livre du Capital, que le capital sous forme de machines se présente faussement comme producteur de valeur et créateur de plus-value. Le travail vivant apparaît à maintes reprises comme du travail mort, même dans le cas de notre propre travail vivant. Cette transformation n’est pas un choix idéologique, mais un réflexe de ce mode de vie. (Ce réflexe de compréhension sociale est en quelque sorte comparable à l’« illusion lunaire » en optique, c’est-à-dire le fait que la lune semble toujours plus grande lorsqu’elle est à l’horizon que lorsqu’elle se trouve haut dans le ciel.) À ce sujet, Marx écrit dans le passage suivant, qu’avec le développement de la machinerie,  « les conditions de travail en arrivent, même du point de vue technologique, à dominer le travail en même temps qu’elles le remplacent, l’oppriment et le rendent superflu dans les formes où il est autonome »4. C’est l’une des centaines de citations qu’on peut trouver dans l’oeuvre de Marx où la même remarque est soulevée, ce qui illustre à quel point ce dernier est devenu obsessif en essayant d’exposer cette fausse transformation. En effet, la théorie des machines de Marx analyse au microscope ce réflexe qui fait du capital « une chose extrêmement embrouillée» et précise les conditions pour démystifier les machines.

Je défends, dans cet article, la théorie des machines de Marx contre les accusations d’incohérence, mais je la trouve également incomplète. Je soutiens qu’elle doit être étendue de manière à inclure une autre catégorie de machines: la machine de Turing (c’est-à-dire la structure mathématique commune à tous les ordinateurs, telle qu’isolée formellement par Alan Turing dans les années 1930)5. Une théorie complète des machines, qui inclurait les machines de Turing ainsi que les machines simples et les moteurs thermiques, démontrerait, d’un côté, la matérialité de l’ensemble du travail et, de l’autre, les linéaments d’une stratégie pour libérer le travail de sa servitude envers le capital. 

Bien que Marx était loin d’être un activiste anti-industriel prônant un « retour à la terre », il a été l’un des premier·ère·s démystificateur.trice.s des revendications économiques que les capitalistes font en faveur des machines, en démontrant qu’elles fonctionnent comme une forme de terrorisme conceptuel contre les luttes ouvrières6. Il a fait valoir que le travail humain est la seule source de la valeur et que les machines, aussi habiles et gigantesques soient-elles, ne produisent aucune valeur: au mieux, elles ne font que transférer leur propre valeur aux produits.

La posture de Marx était similaire à celle du premier critique moderne de la magie des machines: Galilée7. Dans le même paragraphe dont l’épigraphe du présent texte a été extraite, Galilée ridiculise les « concepteurs de machines » qui croient qu’« avec leurs machines, ils pourraient tromper la nature »8. Il affirme que les machines ne créent pas en elles-mêmes de force ni de mouvement, elles permettent simplement de substituer des sources de force et de mouvement moins « intelligentes » et moins coûteuses à des sources plus « intelligentes » et plus coûteuses. Le problème pour le mécanicien est de concevoir des machines de manière à ce qu’« avec la simple application de la force [du motionnaire, disons, d’un cheval], il puisse produire l’effet souhaité »9. Le mécanicien introduit un design intelligent dans le monde, mais il ne peut pas lui ajouter une coudée de force ou de mouvement. On pourrait croire le contraire en jetant un coup d’oeil dans les livres de mécanique qui, de Héron d’Alexandrie à Galilée, sont remplis de schémas de machines en médiation; mais le vrai domaine du mécanicien se trouve dans l’univers des coûts et des salaires. En d’autres termes, les machines simples plan incliné, levier, poulie, vis, roue et essieu (cabestan) « organisent judicieusement la force », elles ne la créent pas.10 

Bon nombre de physicien·ne·s venu·e·s après Galilée, en particulier les architectes de la thermodynamique du XIXe siècle comme Sadi Carnot et Hermann von Helmholtz, étaient soucieux de mettre également en évidence cette leçon d’anti-magie dans le contexte des moteurs thermiques (par exemple, en déclarant les principes suivants : aucune machine à mouvement perpétuel est possible, l’énergie ne peut être ni créée ni détruite). 

Marx, qui a sans aucun doute été influencé par ces deux « lois de la thermodynamique » développées à son époque, était d’accord avec Galilée et, si l’on substitue « valeur » à « force » ou « énergie », on peut discerner ses efforts pour établir des lois de conservation pour la valeur qui empêchent toute tentative de « tromper la société » avec des machines. Les machines ne créent pas de valeur, elles se contentent de « l’organiser judicieusement » et, plus important encore, elles permettent de se substituer, à moindre coût, à une force de travail plus coûteuse (et/ou qui résiste davantage). Comme l’écrivait Andrew Ure, le « philosophe des machines » du XIXe siècle: « L’amélioration de la machinerie ne nécessite pas uniquement la diminution du nombre d’ouvriers adultes employés pour atteindre un résultat déterminé, elle substitue également une classe d’individus à une autre, une classe moins qualifiée à une classe plus qualifiée, des enfants aux adultes, des femmes aux hommes. Tous ces changements entraînent des fluctuations constantes dans le taux du salaire. »11 C’est pour cette raison qu’elles peuvent devenir des armes si puissantes contre la classe ouvrière, au point où « le moyen de travail écrase l’ouvrier. »12

Bien qu’elles donnent souvent l’impression d’être des monstres de puissance (comme les machines à vapeur du XIXe siècle) ou des anges d’intelligence (comme les ordinateurs du XXIe siècle), la faiblesse des machines le fait qu’elles ne peuvent pas créer de valeur a d’énormes conséquences pour le système capitaliste dans son ensemble. Les industries qui emploient une grande quantité de machines et une quantité relativement faible de main-d’œuvre ne peuvent pas créer, dans leur processus de production, la plus-value nécessaire pour constituer un taux de profit moyen pour l’investissement en capital constant (les machines, dans la plupart des cas) et en capital variable (les salaires). Toutefois, si les capitalistes ne perçoivent pas minimalement un taux de profit moyen, ils quittent inévitablement leur secteur industriel au fil du temps et les nouveaux investisseurs évitent celui-ci. Bientôt, ces secteurs industriels cessent de fonctionner en raison des faillites et de la faiblesse des investissements. Mais que se passerait-il si ces secteurs industriels (par exemple, l’extraction de pétrole) étaient nécessaires à la reproduction du système? Comment les profits de ces secteurs seraient-ils produits si les travailleur·euse·s de ces secteurs ne pouvaient pas les générer? Il est particulièrement important de répondre à cette question puisque le recours croissant aux machines pour répondre aux luttes des travailleur·euse·s est une stratégie cruciale dans la guerre des classes qui, bien qu’elle soit souvent de faible intensité, roule perpétuellement.

Marx résout cette énigme en affirmant que la plus-value créée dans certains secteurs industriels avec des taux d’investissement relativement bas dans les machines est transformée en salaires dans les profits des secteurs qui ont des taux relativement élevés. Ce processus prend place « derrière le dos » des capitalistes dans le processus de concurrence et constitue le fondement de l’unité remarquable du capital, compte tenu de l’apparence du caractère concurrentiel du système13. L’investissement dans les machines est encouragé par le système en général, même s’il n’entraîne pas d’augmentation de la plus-value en particulier (même si, évidemment, la plus-value puisse être créée par les travailleur·euse·s dans la production de ces machines, comme dans la production de toute autre marchandise).

Dans la première partie de cet essai, je défends un principe important de la théorie des machines de Marx contre les affirmations selon lesquelles elle serait enracinée dans une incohérence théorique fondamentale. Ce principe est la notion de transformation de la plus-value générée par certains secteurs de production en profits pour d’autres secteurs de production.

Anna Deligianni, You've got wires comin' out of your skin

Partie I. Préliminaire conceptuel: la théorie des machines de Marx est-elle cohérente?

Je pourrais être un homme riche si je n’avais pu emporter que ce dont j’avais simplement besoin pour ramasser et me libérer. À certains endroits, je me suis retrouvé dans un véritable jardin de magie. Ce que j’ai vu était formé le plus artistiquement des métaux les plus précieux. Dans les élégantes tresses et les branches d’argent, il y avait des fruits transparents étincelants, rouge rubis et les arbres lourds se tenaient sur une base de cristal forgée inimitablement. On a à peine confiance en ses sens dans ces endroits merveilleux et on ne se lasse pas de parcourir ces charmantes contrées sauvages et de savourer leurs trésors, sur mon voyage actuel aussi j’ai vu beaucoup de choses remarquables, et certainement la terre est tout aussi productive et somptueuse dans d’autres pays. – Novalis, Henri d’Ofterdingen14

La théorie des machines de Marx postule l’existence d’un principe fondamental de transformation de la vie capitaliste: les profits tendent à être équilibrés à travers tous les secteurs industriels, même si le rapport entre les investissements dans les machines et le paiement des salaires varie énormément entre eux. Si cette transformation ne s’opérait pas, il n’y aurait aucune incitation à investir dans les machines pour échapper à la lutte de la classe ouvrière ou même pour assurer la reproduction matérielle du système. Car si la plus-value est créée par le travail, mais que très peu de main-d’œuvre est employée au sein d’industries essentielles comme l’extraction pétrolière, alors il y aurait peu ou pas de profits pour une telle industrie, qui nécessite de gros investissements en capital fixe.

Or, une telle transformation de la plus-value en profit a-t-elle vraiment lieu « derrière le dos » des participant·e·s au système? Le débat sur la validité mathématique et méthodologique de la « transformation » chez Marx a alimenté des polémiques académiques entre marxistes et anti-marxistes depuis Karl Marx and the Close of His System d’Eugen von Böhm-Bawerk15 publié pour la première fois à la fin du XIXe siècle. En effet, au siècle dernier, chaque fois qu’une intensification de la lutte des classes avait lieu et que des intellectuel.le.s marxistes pénétraient dans l’académie, les maîtres de l’école du capital sortaient cette vieille rengaine du placard pour l’utiliser à nouveau. Quoi qu’il en soit, le degré de sophistication des ripostes techniques a certainement augmenté de chaque côté. Ainsi, en réponse aux révoltes sur les campus durant les années 1960, Paul Samuelson a dû niveler son arsenal analytique sur celui du vieux Moor pour découvrir que toute une littérature de modélisation de la théorie de Marx dans les termes de l’algèbre linéaire germait à sa défense.16 Cette littérature, avec ses solutions sraffaienne17, « analytiques » et « récursives », nous a montré que les problèmes techniques de la « transformation » peuvent être résolus si l’on accepte des modélisations mathématiques plutôt figées de la description fluide et chimiquement active que fait Marx du système capitaliste de production, et si l’on rejette un ou plusieurs principes de conservation et procédures mathématiques de Marx.18 Le statut de ce débat est ainsi entré dans une phase plus intéressante, car ce qui est en jeu, c’est la raison même de s’être doté d’une théorie de la valeur-travail à prime abord.

Un signe de ce changement est apparu avec la publication de Plus de chaleur que de lumière de l’historien Philip Mirowski, où Marx n’est plus accusé de commettre des erreurs mathématiques élémentaires ou d’ignorer les techniques analytiques inventées une génération ou deux après la publication du Capital19Au contraire, Mirowski essaie de montrer que le problème de la transformation en est un parce qu’il reflète une tension majeure non seulement dans la théorie de Marx, mais dans l’ensemble des efforts scientifiques du milieu du XIXe siècle. Mirowski fait remarquer qu’à cette époque, la philosophie de la nature se transformait en physique et l’ontologie de la science passait des entités de « substance » aux entités de « champ » — ou de la « substance » à la « fonction », selon la formulation d’Ernst Cassirer20.

Mirowski avance que Marx se retrouvait au point tournant de cette transition et que sa théorie de la valeur le reflétait, « en fait, il n’y eut pas une mais deux théories marxiennes de la valeur-travail, la première enracinée dans l’ancienne tradition des substances, les autres apparentées aux théories naissantes des champs en physique »21. Le premier type, Mirowski l’appelle « l’approche du travail cristallisé ou de la substance », tandis que le second type est appelé « l’approche du coût réel ou virtuel »22. Les deux types ont des implications méthodologiques très différentes, voire contradictoires. La première est comme la théorie calorique de la chaleur, qui considérait la chaleur comme une substance qui « coulait » des corps plus chauds aux corps plus froids, de la même manière que l’eau coulait des altitudes les plus élevées aux plus basses, tandis que la seconde considère la chaleur comme l’un des aspects d’un champ énergétique généralisé qui peut être transformé en de nombreux et différents états, phases et formes. En effet, le conflit intellectuel dans le développement de la thermodynamique, allant de la publication des Réflexions de Sadi Carnot en 1824 jusqu’à la publication, en 1865, d’une première définition de l’entropie par de Rudolf Clausius définissant l’entropie, pourrait être lu comme marquant la transition des théories de la substance à celles des champs en physique23. La théorie de Marx ressemblerait ainsi à de nombreuses théories développées dans les années 1840 par ceux qui acceptaient à la fois l’explication calorique du travail effectué par la machine à vapeur de Carnot et les premières versions de la loi de la conservation de l’énergie.

La théorie du travail cristallisé, en particulier, démontre clairement que l’exploitation ne peut avoir son origine que dans le processus de production. Étant donné que la valeur est une substance, elle est conservée à la fois à une échelle locale (lorsque, par exemple, elle est utilisée dans la consommation productive, comme c’est le cas de la nourriture pour un travailleur ou de l’essence pour un tracteur) et à une échelle mondiale (lorsque la somme totale de la valeur est conservée dans la transformation complexe d’une branche de production à une autre). Ces flux de valeur semblent avoir tout le charme de « la tradition sacrée des théories des substances naturelles, qui visaient à imiter la structure de l’explication dans les sciences naturelles cartésiennes »24. Les métaphores émanant d’une telle conception de la valeur ont,bien sûr, également un puissant attrait politique, car le sentiment de vol au sein du processus de production capitaliste peut être directement évoqué. Après tout, le travailleur ou la travailleuse produit une certaine quantité de valeur sous forme d’objets et ne récupère qu’une partie de la valeur de ces objets sous forme de salaire, la différence étant la seule source de revenus des capitalistes, des banquiers, des prêtres et des propriétaires.

Selon Mirowski, le problème avec une théorie du travail cristallisé aussi simple et puissante, c’est qu’elle était déjà dépassée au moment de son emploi le plus sophistiqué dans la critique marxienne de l’économie politique. L’élément calorique avait été remplacé par une entité beaucoup plus subtile propre aux théories des champs, l’énergie, dont la continuité du mouvement, les métamorphoses, la conservation et la dissipation ne pouvaient pas être modélisées selon la dynamique des fluides des vortex cartésiens. Cette subtilité est illustrée dans les écrits de Cassirer au sujet de l’équation de l’énergie potentielle de Mayer avec l’énergie cinétique:

Si la simple élévation au-dessus d’un certain niveau (donc un simple état) est supposée être identique à la chute sur une certaine distance (avec un processus temporel), alors il est évident qu’aucune norme substantielle immédiate n’est appliquée à l’une et l’autre, et qu’ils ne sont pas comparés entre eux selon la similitude des propriétés factuelles, mais simplement comme des valeurs de mesure abstraites. Les deux sont les mêmes non pas parce qu’ils partagent une propriété objective, mais parce qu’ils peuvent se produire en tant qu’éléments de la même équation causale, et peuvent donc se substituer l’une à l’autre du point de vue de la pure magnitude… L’énergie est capable d’instituer un ordre parmi la totalité des phénomènes, car elle-même n’est sur le même plan avec aucun d’eux; car, faute de toute existence concrète, l’énergie n’exprime qu’une pure relation de dépendance mutuelle.25

L’approche du « prix de revient » marquait les premiers balbutiements de la prise de conscience de cette nouvelle approche du champ énergétique des relations par Marx dans son propre travail. Selon cette approche, la valeur d’une marchandise est toujours relative « à la configuration contemporaine de la production »26. Ainsi, ladite valeur peut être modifiée, par exemple, par des changements technologiques ayant lieu n’importe où dans l’économie (par exemple, le développement de nouvelles techniques de programmation) ou même par des phénomènes de marché (par exemple, de bonnes récoltes) qui n’avaient aucun lien direct avec la production de la marchandise en question27. Cependant, dans cette perspective, la création de valeur ne peut plus être identifiée au travail, le profit ne peut plus être identifié à l’exploitation du travail dans le processus de production, les flux et les transformations de valeur ne peuvent plus être identifiées à des processus continus (quoique non observés). En effet, dans le monde du prix de revient, les machines peuvent également produire (ou déduire) de la valeur. Mirowski avance que cette approche aurait résolu bon nombre des problèmes analytiques majeurs du programme de Marx, mais au prix faramineux de « jeter l’histoire par la fenêtre »28, où, par « histoire », Mirowski souligne tout simplement que les conditions actuelles sont en partie déterminées par des événements et des processus passés.

Faisons un tableau des conséquences de ces approches contrastées : 

Or, en essayant de jongler avec ces deux ontologies inconjugables, Marx allait assurément se planter, selon Mirowski, qui situe cette catastrophe dans le « problème de la transformation » au sein duquel la conservation de la plus-value et de la valeur cristallisée ne peut pas être conciliée avec l’égalisation des taux de profit, tandis que les valeurs de prix de revient peuvent facilement imposer des taux de profit égalisés, mais doivent ainsi falsifier la thèse selon laquelle « le surplus n’est généré que dans la production et est transmis aux industries dans le processus de fixation des prix »29. La transformation des valeurs en prix ne pose pas en soi de problème mathématique soutient Mirowski, mais elle est plutôt le symptôme d’une incohérence logique et méthodologique plus profonde. 

Il s’agit d’une critique sérieuse. Cependant, ce qui est charmant avec Mirowski, c’est qu’il semble relativement innocent quant aux motivations flagrantes de la guerre froide qui ont guidé des efforts similaires aux siens durant les dernières générations de débats universitaires sur ces questions. En effet, l’effort de Mirowski est l’un des premiers d’une nouvelle vague post-Guerre froide de cette vieille tendance. Un signe que Mirowski opère dans un nouvel espace critique s’exprime par le fait qu’il applique aux travaux de théoriciens néoclassiques comme J.B. Clark et, oui, Paul Samuelson la même conception herméneutique qu’il utilise pour détecter les tensions et les contradictions dans le marxisme (c’est-à-dire, les approches substance versus champ). Il trouve également dans les programmes de recherche marxistes et néoclassiques une défaillance à la racine partagée: une « convoitise de la physique » mal comprise, qui, ironiquement, ignore souvent la complexité de l’objet de sa convoitise ou demeure accrochée à une incarnation historique de la théorie physique. Bref, le programme de recherche néoclassique contemporain est devenu « impuissant, enfermé dans la physique d’environ 1860 », tandis que le marxisme est enfermé dans la physique des années 184030. Mirowski parle au nom d’une nouvelle initiative théorique qui, d’une part, ouvrirait le domaine de l’économie à des modèles de la physique qui ont supplanté la proto-énergétique du XIXe siècle et, d’autre part, chercherait des modèles en dehors de la physique. Or, ce type de critique est-il utile en général, voire simplement comme moyen d’interpréter les écrits de Marx?

Le principal problème de l’herméneutique de Mirowski est, en général, que la distinction centrale entre les théories de substance et de champ sur laquelle il s’appuie est loin d’être claire en soi et, de plus, elle ne s’insère pas aussi facilement dans un récit historique. Considérons d’abord des théories comme la mécanique newtonienne, la théorie cinétique de la chaleur, les théories de la relativité et la mécanique quantique: s’agit-il de théories de la « substance » ou de « champ »? Eh bien, elles sont un peu des deux. Ainsi, la gravité de Newton agit comme une force de champ, mais sa notion de masse est substantielle; les boules de billard microscopiques de la théorie cinétique sont un idéal-type de la substance, mais les états macroscopiques qu’elles créent (comme la température, la pression et le volume) sont des entités de type champ; la théorie générale de la relativité d’Einstein semble donner un caractère substantiel à l’espace-temps, tandis que sa théorie restreinte semble lui donner un aspect de champ; quant à la fameuse mécanique quantique, on peut facilement ajouter une dualité « substance »/« champ » pour compléter et résumer les dualités dignes de la tour de Babel qu’elle pose à l’interprète. Ainsi, la plupart des théories de la physique contiennent à la fois des éléments de substance et de champ et c’est à l’intersection de ces éléments qu’émergent leurs potentialités complexes de paradoxe: en mécanique newtonienne, le point de masse et le champ gravitationnel; dans la théorie cinétique des gaz, la molécule et la température; dans les relativités d’Einstein, le point de masse et la variété de l’espace-temps; en mécanique quantique, l’onde et la particule. On pourrait prendre un malin plaisir à affirmer que l’unicité de ces théories se trouve au cœur paradoxal de cette intersection.

On constate ainsi que, dans toutes les théories qui ont façonné l’histoire de la physique, les concepts de « substance » et de « champ » mis de l’avant par Mirowski se retrouvent toujours mélangés. Or, même en tant qu’idéaux-types, ces concepts sont loin d’être des polarités mutuellement exclusives. On peut affirmer qu’un champ idéal consiste simplement en une substance très complexe définie par un ensemble infini de relations internes, tandis qu’une substance idéale consiste simplement en un champ pur défini par un petit, voire aucun, ensemble de relations internes. Autrement dit, la distinction « substance »/« champ » n’en est pas une de type absolu, mais de degré dialectique. Dans l’histoire de la science, on peut souvent trouver des nœuds de transition de la substance au champ, et inversement. Pensons à la danse complexe, dialectique et entrecroisée, dans l’histoire de la mécanique quantique, de l’onde (champ) à la particule (substance) et vice-versa.

En conséquence, il est très difficile d’utiliser ces notions ontologiques dans un récit historique. Des débats newtoniens-cartésiens du XVIIe siècle aux dualités onde/particule du XXe, il est clair que « substance » et « champ » sont des polarités dialectiques dans la boîte à outils de construction théorique de la philosophie naturelle, puis de la physique. Mirowski attribue à Émile Meyerson, philosophe et historien français des sciences du début du XXe siècle, l’explication des raisons pour lesquelles le processus de réification était si central aux sciences de la période post-aristotélicienne. Meyerson a démontré comment les ontologies de « substance » sous-tendent les lois de la conservation et comment ces lois permettent d’appliquer des méthodes mathématiques au « monde extérieur [mais non céleste] »31. Or, les ontologies de substance ont été remplacées par des ontologies de champ pour des raisons mathématiques tout aussi robustes, et les raisons de ce remplacement peuvent difficilement être déterminées par la logique interne de l’esprit dialectique.

Si la dichotomie « substance »/« champ » de Mirowski ne constitue pas un outil général de la théorie herméneutique, la question demeure à savoir si sa critique de Marx et de la théorie marxiste de la valeur est convaincante. Marx a-t-il deux théories de valeur divergentes? Marx fétichise-t-il le travail et, ce faisant, le réifie-t-il dans la substance même que les économistes bourgeois adorent si superstitieusement? Les critiques formulées par Mirowski reflètent certainement le zeitgeist contemporain, car les critiques post-structuralistes comme Baudrillard rejettent les analyses marxistes en raison de leur prétendu « objectivisme » et « représentationnalisme »32. Or, ces critiques sont-elles exactes? Pour répondre à cette question, plongeons-nous directement au coeur de la critique de Mirowski: le cristal. Après tout, il surnomme la théorie de la valeur de type « substance » de Marx « l’approche du travail cristallisé » parce que, pour Marx, « le temps de travail extrait dans le processus de production est réincarné (ou peut-être « enterré » serait-il un meilleur terme, puisque Marx l’appelle le « travail mort ») dans le produit, pour subsister ensuite indépendamment de toute activité de marché »33. Or, un cristal est-il une substance?

Au début du XIXe siècle, le cristal est devenu le centre des programmes de recherche en minéralogie et en chimie. Des minéralogistes ont observé que la plupart des corps inorganiques solides étaient composés de microcristaux, tandis que des chimistes, à la suite de René Just Haüy, ont soutenu que chaque substance chimique avait une structure cristalline unique. L’hypothèse d’Haüy a déclenché une immense activité théorique et empirique, qui s’est finalement terminée par son rejet. Or, ces programmes de recherche et leur sort auraient sans aucun doute intéressé Marx (et Engels), non seulement parce qu’ils rejoignaient leurs intérêts généraux pour les mathématiques, mais aussi à cause du rôle que le plus précieux des minéraux, l’or, jouait dans l’économie politique.

Dans les années 1860, l’histoire cristalline a pris un nouveau tournant énergétique. Il était entendu que la forme cristalline d’un minéral n’était pas un donné de la nature. Un cristal n’était qu’un « état d’équilibre énergétique reflétant le niveau d’énergie le plus stable dans des conditions extérieures données »34. William Grove, dans un ouvrage cité par Marx dans le Livre I du Capital35, fait clairement valoir ce point:

Il ne fait guère de doute que la force concernée par l’agrégation est la même qui donne à la matière sa forme cristalline; en effet, un grand nombre de corps inorganiques, sinon tous, qui semblent amorphes se révèlent, lorsqu’ils sont examinés de près, cristallins dans leur structure: nous obtenons ainsi une réciprocité d’action entre la force qui unit les molécules de matière et la force magnétique, et par l’intermédiaire de ces derniers, la corrélation de l’attraction de l’agrégation avec les autres modes de force peut être établie36. 

Ainsi, l’agrégation cristalline, qui avait été étudiée, au début du XIXe siècle, comme un moyen de différencier les produits chimiques, était considérée comme faisant partie du grand cycle de la corrélation des forces. Grove souligne que, grâce à la corrélation de la force d’agrégation et de la force magnétique, une nouvelle théorie du cristal était rendue possible, car le cristal consiste simplement en une réserve d’énergie qui, dans les différents processus minéralogiques, est libérée puis réabsorbée. De plus en plus, la structure interne des corps inorganiques était considérée par les physicien·ne·s, les chimistes et les minéralogistes comme un réservoir plus ou moins complexe d’énergie « tensionnelle » ou « potentielle ». 

L’ensemble de la théorie de l’énergétique s’est intéressé à la relation entre cette « énergie potentielle » et l’« énergie réelle », qui est observable. En 1853, William Rankine a posé la problématique de la physique énergétique dans Sur une loi générale de la transformation de l’énergie, où il introduit, pour la première fois, la notion « d’énergie potentielle » :

L’ÉNERGIE RÉELLE OU PERCEPTIBLE est une condition mesurable, transmissible et transformable, dont la présence fait en sorte que la substance a tendance à changer son état à un ou plusieurs égards. Par l’apparition de tels changements, l’énergie réelle disparaît et est remplacée par

L’ÉNERGIE POTENTIELLE OU LATENTE, qui est mesurée par le produit d’un changement d’état dans la résistance contre laquelle ce changement est effectué.

La vis viva de la matière en mouvement, la chaleur thermométrique, la chaleur radiante, la lumière, l’action chimique et les courants électriques sont des formes d’énergie réelle; parmi les formes d’énergie potentielle, on retrouve les puissances mécaniques de gravité, d’élasticité, d’affinité chimique, d’électricité statique et de magnétisme.

La loi de la conservation de l’énergie est déjà connue, à savoir que la somme de toutes les énergies de l’univers, réelles et potentielles, est immuable.37 

L’énergie potentielle est, bien sûr, une variable de champ typique, car elle peut changer en raison des variations du champ (que ces changements soient gravitationnels, électriques, magnétiques ou chimiques), alors qu’elle peut rester statique pendant de longues périodes. L’énergie réelle est très différente. Sa nature même est de se réaliser et de s’annihiler dans le lieu de son action.

Il n’est donc pas surprenant que le processus de transformation de l’énergie potentielle en énergie réelle, puis en énergie potentielle à nouveau devait servir de modèle à Marx pour décrire le passage du travail vivant au travail mort, qui est ensuite transféré dans le processus de production. Par exemple, il fait référence aux marchandises en soulignant que « c’est en tant que cristallisations de cette substance sociale [c’est-à-dire le travail humain], qui leur est commune, qu’elles sont des valeurs : des valeurs marchandes. »38 Le cristal constitue un modèle idéal pour représenter un réservoir d’énergie potentielle dont la structure est formée par les énergies réelles employées dans le processus de génération de cristaux, mais dont l’énergie potentielle totale est déterminée par l’ensemble du champ potentiel. La valeur n’est donc pas analogue à l’énergie réelle, mais à l’énergie potentielle, puisque le travail est sans valeur lorsqu’il est une action créatrice, transformatrice, préservatrice, déterminante, mais, une fois que le travail est stocké, mort, objectivé, déterminé, figé, il est valeur. Ce travail mort (comme son énergie potentielle analogue) est mesuré par le temps de travail socialement nécessaire, et non par le travail vivant qui a disparu dans le temps, et est seulement représenté dans la valeur de la marchandise.

Ainsi, les marchandises ont de la valeur renfermée en elles en raison du travail (à la fois utile et créateur de valeur) qui leur a été consacré. Elles forment la caverne cristalline d’emmagasinage du capital, de la même manière qu’Hermann von Helmholtz décrit les objets  qui composent et trouvent leur force dans « le magasin général de la Nature »:

Le ruisseau et le vent, qui font tourner nos moulins, la forêt et le lit de charbon, qui alimentent nos machines à vapeur et qui réchauffent nos chambres, doivent faire usage des porteurs d’une petite partie de la grande réserve naturelle que nous utilisons pour nos fins, et pour les actions que nous pouvons effectuer comme bon nous semble. Le possesseur d’un moulin revendique la gravité du ruisseau descendant ou la force vive du vent. Ces portions du magasin de la nature donnent à sa propriété sa principale valeur.39

Tout comme l’énergie potentielle d’un ruisseau peut être modifiée par des changements dans le champ potentiel (par exemple, par la réduction de la hauteur de chute de l’eau par un tremblement de terre), la valeur du capital constant engagé dans un processus de production particulier peut également être modifiée par des événements extérieurs à ce même processus. Or, la possibilité de changements dans l’énergie potentielle ne transforme pas cette dernière en énergie cinétique, car ces changements se produisent, pour ainsi dire, « en dehors » du lieu de l’énergie potentielle. De même, des changements dans la valeur stockée du capital en circulation et du capital fixe peuvent se produire « en dehors » du processus de production. Par exemple, le coton acheté au cours d’une année précédente et emmagasiné dans l’entrepôt d’une filature augmentera en valeur s’il y a une mauvaise récolte de coton cette année; ou encore la valeur d’une machine à filer déjà en fonctionnement peut diminuer si une nouvelle technique moins coûteuse pour la fabrication de telles machines est mise en place. Dans les deux cas, ces changements ont lieu « en dehors » du processus de production immédiat. Cependant, dans le cadre du procès de production réel de filature du coton, la machine et le coton « ne donne[nt] jamais plus de valeur dans ce procès qu'[ils]n’en possède[nt] indépendamment de ce procès »40. Pour rester dans cette même analogie, une fois que l’énergie potentielle d’un corps est déterminée, l’énergie cinétique qu’il libère ne peut pas être supérieure à elle-même.

Cet excursus dans les entrailles de la théorie de Marx sur la production de valeur et les machines n’est pas censé démontrer que la théorie de Marx a été conçue en ayant à l’esprit une stricte analogie avec l’énergie. Au contraire, Marx avait en tête de nombreuses analogies, métaphores, tropes, métonymies, etc. dans la composition du Capital. La biologie darwinienne, le calcul infinitésimal, les débats en géologie, les développements de la chimie organique et plus encore ont souvent été cités directement et, plus souvent encore, indirectement dans le texte. Marx, Engels et, en fait, une grande partie du mouvement ouvrier de l’époque ne souffraient pas d’une « convoitise envers la physique ». Ils étaient plutôt profondément séduits par l’énorme productivité théorique et pratique des sciences de l’époque. Or, la place d’honneur a certainement été donnée à la physique énergétique (ou à la discipline de la thermodynamique) du milieu du XIXe siècle, et il serait surprenant que Marx n’ait pas exploré la relation entre le travail et l’énergie dans sa théorie. Marx connaissait clairement la physique énergétique et ses principales distinctions théoriques (comme l’énergie cinétique par rapport à l’énergie potentielle). Par conséquent, la critique de Marx par Mirowski — à l’effet qu’il était au point tournant entre les théories de la substance et du terrain — n’est pas convaincante.

Quoi qu’il en soit, on pourrait transformer cette réponse à la critique de Marx de Mirowski en une critique encore plus pointue de Marx (qui est similaire à la critique de Mirowski à l’égard de l’économie néoclassique). À savoir: si Marx était parfaitement conscient des développements anti-substantialiste de la physique énergétique au milieu du XIXe siècle et s’il avait modelé une grande partie de sa théorie de la valeur sur celle-ci, pourquoi les critiques du capitalisme du XXIe siècle devraient-ils prendre sa théorie au sérieux? Après tout, la physique est entrée dans un nouveau champ conceptuel et méthodologique majeur depuis que les barbes grises de la thermodynamique ont finalement dépassé la contradiction entre la théorie calorique de Carnot et la loi de la conservation de l’énergie. La théorie de la relativité, la mécanique quantique, la théorie du chaos n’offrent-elles pas des perspectives meilleures et plus intéressantes qu’un marxisme obsédé par les travailleur·euse·s et les misérables pour comprendre la situation postmoderne contemporaine? Mirowski en appelle à ses collègues de l’économie néoclassique d’abandonner leur dépendance à la théorie physique dépassée (et mal comprise) et  d’essayer quelque chose de nouveau. Un argument similaire a été avancé par les post-marxistes et d’autres penseurs « anti-systémiques » auparavant favorables au marxisme.

Eh bien, pourquoi pas? La réponse est simple: choisissez le modèle que vous souhaitez, mais ce qui doit être modélisénotre réalité socialedemeure toujours enraciné dans le passé. Nous ne pouvons pas éviter ou « dépasser » les catégories de travail, de valeur, d’argent, de plus-value, d’exploitation, de capital, de crise, de révolution et de communisme, car le capitalisme existe encore et toujours. Certes, il existe maintenant bien d’autres choses, qui n’existaient pas au milieu du XIXe siècle, mais cela fait-il une différence cruciale dans l’analyse du capital? Les réponses à une question comme celle-ci sont, bien sûr, complexes, mais qui pourrait vraiment dire à l’heure actuelle que l’argent, le travail, les salaires, les profits, les intérêts et les loyers n’ont pas vraiment d’importance? Bien sûr qu’ils en ont, et toute application de la théorie scientifique contemporaine à la vie sociale et économique contemporaine les ignorant n’aurait pas vraiment d’importance.

Cependant, il y a eu de véritables changements dans le monde des machines depuis le milieu du XIXe siècle, en particulier le développement et l’industrialisation des machines de Turing. C’est un domaine qui appelle sans aucun doute une extension de la théorie des machines de Marx, comme je le défend dans la deuxième partie de ce texte.

Anna Deligianni, You've got wires comin' out of your skin

Partie II. Préliminaire historique: Ure contre Babbage

La machine de Turing est une idéalisation de l’ordinateur humain. “Nous pouvons comparer un homme en train de calculer un nombre réel à une machine qui n’est capable que d’un nombre fini de conditions… appelées « m-configurations ». La machine est alimentée avec une « bande »…” Wittgenstein a souligné ce point de manière frappante: “Les « machines » de Turing. Ces machines sont bel et bien des êtres humains qui calculent.”41

La théorie des machines de Marx a été profondément enserrée dans la théorie des moteurs thermiques développée au milieu du XIXe siècle sous la rubrique de la « thermodynamique », de la même manière que la théorie des machines de Galilée a été enserrée dans la théorie des machines simples, initialement surtout développée par des penseurs de l’Égypte hellénistique, comme Héron d’Alexandrie, et, plus tard, par des mécaniciens arabes et européens médiévaux42. En effet, une grande partie de la motivation de Marx à restreindre la création de valeur au travail humain est née de l’analogie avec les restrictions imposées par la thermodynamique aux machines à mouvement perpétuel du premier et du deuxième type, c’est-à-dire aux machines qui transgressent la première loi — conservation de l’énergie — et la seconde loi — entropie — de la thermodynamique. Dans cette partie de l’essai, je porterai mon attention sur le type de machines étudiées par la théorie des machines de Turing — souvent appelées « ordinateurs universels » ou « machines logiques ».

Marx peut être pardonné d’avoir négligé les machines de Turing, puisque le milieu des années 1930 est souvent célébré comme leur moment théorique d’origine,tandis que la Seconde Guerre mondiale est souvent considérée comme la « serre chaude » qui a forcé la transformation de la théorie des machines de Turing en matériel informatique réel et fonctionnel. Je nuance ce que j’avance parce que l’origine de la théorie et de la pratique des ordinateurs universels ou des machines logiques pourrait être antidatée d’au moins un siècle. Certes, l’origine incertaine d’un concept scientifique ou technologique comme celui de l’ordinateur universel n’est aucunement un phénomène inhabituel et, en cette période « post-iste », la suspicion envers les origines est de rigueur. Or, cette antidatation particulière est importante pour mon argumentation, car elle mettra en évidence une tension précoce dans la théorie de Marx qui peut expliquer pourquoi la tradition marxiste qui suivra (à la fois dans ses tendances stalinienne et libertaire) a traditionnellement confondu le processus de travail (qu’elles ont glorifié) avec la création de valeur par le travail.

Ce cas d’origines antérieures nous amène à un personnage bien connu de Marx et des lecteurs et lectrices des pages sur les machines dans le Livre I du Capital: Charles Babbage. Marx a cité son Traité sur l’économie des machines et des manufactures (1832) au moins cinq fois dans la partie IV du Livre I du Capital, intitulée « La production de la survaleur relative », mais il semblait avoir une position plutôt ambivalente à son égard. D’un côté, Marx a attribué à Babbage la définition de la machine qu’il a utilisée, mais, de l’autre, il l’a relégué au rôle d’antiquaire, qui s’intéressait non pas à l’industrie moderne (l’usine automatique) de son époque, mais plutôt à la manufacture (l’atelier) du passé. Dans une note de bas de page intéressante, il a comparé Babbage à un de ses contemporains des années 1830, Andrew Ure, dont la Philosophie des manufactures (1835) est mentionnée seize fois par Marx dans le Livre I du Capital:

Le Dr Ure, dans son apothéose de la grande industrie, perçoit beaucoup plus nettement les caractéristiques propres de la manufacture que les économistes antérieurs, qui n’avaient pas son intérêt polémique, et même que certains de ses contemporains, par exemple Babbage, qui, certes, lui est supérieur en mathématique et en mécanique, mais qui ne conçoit cependant la grande industrie, en fait, que du point de vue de la manufacture.43

Selon Marx, Babbage était donc toujours embourbé dans un émerveillement devant les résidus du travail de détail, au sein de l’atelier et dans le travail artisanal, alors qu’Ure s’intéressait à l’utilisation de machines pour échapper à la mainmise que la main-d’oeuvre qualifiée de l’industrie avait sur le capital.44

Cette analyse est surprenamment à côté de la plaque. Du point de vue du XXIe siècle, Babbage était clairement impliqué dans un projet dont les conséquences seraient plus importantes que la simple polémique de la « réduction » de la main-d’œuvre qualifiée en main-d’œuvre non qualifiée abordée par Ure. L’œuvre de Babbage allait surtout aboutir, à terme, à une compréhension de ce qu’est la qualification45. Quoiqu’il en soit, Marx pourrait être excusé de son appréciation plutôt conventionnelle de Babbage, étant donné que le projet de ce dernier nécessitait un intérêt pour un type de travail qui n’était pas encore en phase avec l’« industrie mécanique moderne » et qui nécessitait toujours toutes les ressources que la « manufacture » pouvait fournir à l’époque. Babbage souhaitait construire au moins une machine informatique universelle en métal et en fil, ce qui nécessitait le rassemblement des artisans parmi les plus qualifiés de Grande-Bretagne pour construire une machine dont les exigences de précision testaient les limites des connaissances mécaniques. Le processus d’assemblage de cette machine a été la base de ses recherches consacrées au Traité sur l’économie des machines et des manufactures (1832). Comme l’a écrit l’un de ses biographes:

L’étude de Babbage sur les machines et les processus de fabrication a originellement commencé d’une manière si extraordinaire qu’elle est presque passée sous le silence, comme si personne ne pouvait croire ce qu’il faisait vraiment: il s’est installé pour étudier toutes les techniques et processus de fabrication, plus particulièrement tous les dispositifs mécaniques et inventions qu’il a pu trouver, à la recherche d’idées et de techniques qui pourraient être utiles à la Machine à différences. La manière dont cette recherche a conduit aux élégants dispositifs incorporés dans les Machines analytiques est en soi une étude fascinante.46 

Cette motion du « un pas en arrière, deux pas en avant » était le destin de Babbage et Marx n’était en aucun cas le seul à le traiter comme un brillant et quasi-excentrique victorien. Il y avait suffisamment de preuves de son excentricité. Par exemple, lorsque Marx s’impliquait dans le processus de création de l’Association internationale des travailleurs et dans la préparation de son inauguration à Londres, en septembre 1864, Babbage était dans le feu de sa campagne largement médiatisée contre les organistes de Barbarie et autres musiciens de rue, qui l’a mené à proposer, le 25 juillet 1864, Une loi pour une meilleure réglementation de la musique de rue dans le district de police métropolitain ou le Projet de loi « Babbage ». En appui à sa campagne, Babbage a consacré, en 1864, un chapitre entier de son autobiographie Passages from the Life of a Philosopher aux « Nuisances de rue ». Voici la description que fait Babbage du chapitre:

Nuisances de rue

Diverses classes lésées – Instruments de torture – Favorise les serviteurs, les brasseries, les enfants, les dames de vertu élastique – Effets sur la profession musicale – Représailles – La police elle-même dérangée – Distraction des invalides – Les chevaux s’enfuient – Enfants écrasés – Un kiosque placé dans la rue de l’auteur attire les orgues – Foule criant son nom – Menaces de brûler sa maison – Perturbé au milieu de la nuit quand il est très malade – Un nombre moyen de personnes sont toujours malades – Par conséquent, toujours dérangées – Affichage abusif – Grande difficulté à obtenir des condamnations – A obtenu que l’affaire soit reçue par le Banc de la Reine – Découverte que c’était inutile – Une vente perdue – Une autre illustration – Les musiciens donnent de faux noms et adresses – Obtenu un mandat d’arrestation – Demeurent à l’écart – Délinquants pas encore trouvés et arrêtés par la police – Utilisation légitime des autoroutes – Lettre d’un vieil avocat à The Times – Proposition de recours; Interdire entièrement – Autoriser la police à saisir l’instrument et le porter à la station – Proposition d’une association pour la prévention de la musique de rue.47

On peut comprendre que ce grincheux philosophe des machines âgé de soixante-treize ans en 1864 ait eu l’air un peu « off » aux yeux d’un révolutionnaire communiste en train d’écrire un texte qui réfutait la création de valeur par les machines et d’organiser la Première Internationale!

Or, qu’on le veuille ou non, Babbage travaillait sur ses machines analytiques avant même que Sadi Carnot ne publie ses Réflexions sur la puissance motrice du feu en 1824 — le début de la thermodynamique classique — et il est certain qu’en 1834, Babbage avait théorisé l’ordinateur universel ou, anachroniquement, la machine de Turing. Par conséquent, on ne peut pas dire que la théorie des moteurs thermiques est antérieure à la théorie des ordinateurs universels. Ainsi, à l’époque où Carnot étudiait en général le pouvoir moteur du feu et le trouvait dans les « différences de température »48, Babbage étudiait « l’ensemble des conditions qui permettent à une machine finie de faire des calculs d’une étendue illimitée »49. Le produit de cette recherche, la machine analytique de Babbage, avait les cinq principales composantes de l’ordinateur moderne, comme l’a souligné Dubbey:

a) le magasin contenant les données, les instructions et les calculs intermédiaires ; 

b) le moulin, au sein duquel les opérations arithmétiques de base sont effectuées [«le contrôle des opérations dans le moulin se fait par un microprogramme représenté par des crampons sur la surface d’un baril (à la manière d’une boîte à musique ou d’un orgue de Barbarie)»50] ;

c) la commande de l’ensemble de l’opération, dans le cas de Babbage, au moyen d’un système de métier à tisser Jacquard ; 

d) l’entrée, au moyen de cartes perforées ; 

e) la sortie, qui imprime automatiquement les résultats.51

Machine à différence de Babbage

De plus, le moteur analytique pouvait répéter des instructions, prendre des décisions conditionnelles et stocker des programmes dans une bibliothèque. Cependant, l’ensemble de ce qui pouvait être simulé par un ordinateur universel fonctionnant récursivement sur son propre programme n’était pas pleinement compris par Babbage ou ses associé·e·s, comme le général Menabra et Lady Lovelace. Tandis que Carnot présupposait les fondements intellectuels d’une « cosmologie de la chaleur », qui identifiait la forme déterminante de la nature et de la vie comme un effet de la chaleur52, le plus important, selon Babbage, était que « l’ensemble des développements et des opérations d’analyse puissent désormais être exécutées par des machines »53. Même Lady Lovelace, dans sa plus byronesque hyperbole, ne pouvait que se référer au monde mathématique:

Les limites de l’arithmétique ont cependant été franchies au moment où l’idée d’appliquer les cartes [de Jacquard] est apparue; et la machine analytique n’occupe pas un terrain commun avec de simples « machines à calculer ». Elle occupe une position qui lui est entièrement propre; et les considérations qu’elle suggère sont plus intéressantes dans leur nature. En permettant au mécanisme de combiner ensemble des symboles généraux dans des successions d’une variété et d’une étendue illimitées, un lien d’union est établi entre les opérations de la matière et les processus abstraits dans la branche la plus abstraite de la science mathématique. Un langage nouveau, vaste et puissant est développé pour les futurs usages de l’analyse, dont on peut mettre à notre main ses vérités afin que celles-ci puissent devenir des applications pratiques plus rapides et plus précises pour l’atteinte des buts de l’humanité que celles rendues possibles par les moyens dont nous disposions jusqu’à présent. Ainsi, non seulement le mental et le matériel, mais aussi le théorique et le pratique, dans le domaine mathématique, sont mis en relation plus intime et efficace les uns avec les autres.54 

Autrement dit, les machines de Babbage se révélaient être des ordinateurs mathématiques et les ordinateurs étaient apparemment des choses mathématiques. Certes, ces résultats mathématiques pouvaient avoir des « applications pratiques », mais ils n’étaient pas en soi « pratiques ». Le fait que la machine analytique de Babbage était un ordinateur universel ne lui permettait pas encore de l’associer à une « cosmologie du calcul » qui allait être, malheureusement pour Babbage, une création du milieu du XXe siècle. Cette ratée était-elle inévitable? Dans leur roman La Machine à différences, publié en 1990, les auteurs cyberpunks pensaient qu’elle ne l’était pas, car ils imaginaient un monde victorien où la connexion entre l’ordinateur et la machine à vapeur était faite et se matérialisait dans un mode de production capitaliste complet. Si leur roman nous montre que ce fossé n’était pas inévitable, puisque la connexion était imaginable, alors pourquoi cette dernière n’a-t-elle pas été faite?

Voici des éléments de réponse afin de comprendre pourquoi Marx, le gouvernement britannique, les « capital-risqueurs » post-1834 et presque tout le monde ont ignoré les moteurs de Babbage au XIXe siècle: (a) ils ont été conçus, même ceux qui étaient ornés de nombreux réglages, en tant qu’instruments mathématiques; (b) la crise du travail de bureau ne s’était pas encore matérialisée; (c) l’aspect informatique de tous les processus de travail n’avait pas encore été compris. En effet, au milieu du XIXe siècle, c’est le moteur thermique et non l’ordinateur qui se trouvait au centre des usines de l’industrie moderne, comme Ure l’a mis en prose : « Dans ces grands ateliers le pouvoir bienfaisant de la vapeur rassemble autour de soi ses myriades de sujets [et attribue à chacun d’entre eux une tâche réglée, substituant à leur effort musculaire douloureux les énergies de son propre bras gigantesque et exigeant en retour seulement l’attention et la dextérité pour corriger les petites aberrations comme cela se produit avec désinvolture dans son travail] »55.

Le travail de bureau, ou le travail mathématique, apparaissait également comme un aspect plutôt mineur de l’industrie moderne, enfermé quelque part dans un bureau poussiéreux au-dessus du monstre à vapeur posé sur le plancher de l’usine. En effet, même dans l’étude de Babbage sur l’économie des machines et des manufactures, ce type de travail est à peine mentionné56. Par conséquent, les machines analytiques de Babbage allaient être reléguées à la « liste de souhaits » d’un scientifique ou d’un mathématicien jusqu’en 1878, lorsqu’un prestigieux comité de la British Association for the Advancement of Science a conseillé celle-ci, « non sans réticence », d’investir des fonds dans la fabrication de l’une d’entre elles57. Alors que les colosses à vapeur étaient dans l’esprit des industriels, des stratèges militaires et des révolutionnaires du XIXe siècle, les machines de calcul étaient uniquement considérées comme complémentaires au travail sérieux de l’industrie.

Cette estimation devait changer dans la transition de la période paléocapitaliste de la plus-value absolue à la période contemporaine de la plus-value transférée58. La trace d’un tel changement peut être retrouvée dans le changement de position des employé·e·s de bureau dans la composition de la classe ouvrière salariée entre le milieu du XIXe et le milieu du XXe siècle. Comme l’a souligné Harry Braverman:

Aux États-Unis, le recensement de 1870 ne répertoriait que 82 000 — ou 0,6% de l’ensemble des «travailleurs rémunérés» — employé·e·s de bureau. En Grande-Bretagne, le recensement de 1851 dénombrait quelque 70 000 à 80 000 employé·e·s, soit huit dixièmes de 1% des personnes à l’emploi. Au tournant du siècle, la proportion de commis de bureau dans la population active était passée à 4% en Grande-Bretagne et à 3% aux États-Unis; dans les décennies qui ont suivi, la classe ouvrière cléricale avait commencé à naître. Au recensement de 1961, il y avait en Grande-Bretagne environ 3 millions de commis de bureau, soit près de 13% de la population occupée; et aux États-Unis en 1970, la classification des employé·e·s de bureau avait atteint plus de 14 millions de travailleurs et travailleuses, près de 18% des travailleurs et travailleuses rémunéré·e·s, ce qui en fait une taille égale, parmi les classifications de l’échelle professionnelle brutes, à celle des opérateurs et opératrices de toutes sortes59. 

Cela dit, ce changement dans le volume de la main-d’œuvre de bureau du milieu du XIXe au milieu du XXe siècle a été accompagné d’un changement du genre prédominant parmi ces travailleur·euse·s (du masculin au féminin) et de leur salaire relatif (d’environ deux fois le salaire moyen des ouvriers d’usine à en dessous du salaire des ouvriers)60. Cette transformation n’aurait pas pu se produire sans un changement substantiel dans la machinerie du bureau, plus particulièrement dans l’utilisation des ordinateurs. De même, il était impératif que ce changement ait lieu pour l’ensemble du capital puisque, par exemple, un doublement soudain du salaire de près de 20% de la main-d’œuvre aurait signifié, ceteris paribus, une augmentation de 20% de la masse salariale totale elle-même et potentiellement une baisse substantielle des profits. Cette crise salariale graduelle du travail de bureau ajoutait conséquemment beaucoup d’importance au développement de machines informatiques qui renverseraient les exigences salariales d’une partie hautement qualifiée de la classe ouvrière. Or, cette crise n’était pas encore à l’horizon dans les années 1830, ni même en 1867. Les moteurs analytiques de Babbage n’ont pas pu attirer l’attention soutenue du « comité central » de la classe capitaliste avant que certaines dimensions de la crise du travail de bureau commencent à apparaître, ce qui devait seulement se produire un peu plus d’un demi-siècle après la publication du Livre I du Capital.

Cela dit, un facteur de désintérêt à l’égard des machines de Babbage encore plus important était le fait que ni Babbage, ni Marx, ni personne d’autre à l’époque ne voyait le lien essentiel entre le calcul et toutes les formes du processus de travail; même si la clé se trouvait devant les yeux de Babbage et Marx depuis le début. Cette clé était le métier à tisser de Jacquard. Ce dernier s’est avéré essentiel, comme mentionné plus haut par Lady Lovelace, pour la création de la machine analytique ou de l’ordinateur universel. Le problème était que cette transposition était considérée par Babbage comme celle d’un appareil industriel utilisé à des fins mathématiques alors que Marx (après Ure) la considérait comme un autre chapitre de la saga continue de la lutte entre les travailleur·euse·s et les machines61. Cela ne veut pas dire que Babbage et Marx avaient tort en soi, c’est-à-dire que le dispositif de Jacquard était bel et bien implicitement un dispositif mathématique et explicitement une arme dans la lutte de classe industrielle, mais plutôt que la transposition du métier Jacquard à la machine analytique opérée par Babbage a marqué un moment d’autoreflexion du processus de travail qui n’a pas été compris avant les années 1930.

Examinons plus en détail chaque partie de la question:

Premièrement, Babbage a décrit le rôle du métier Jacquard dans le développement de sa machine analytique dans le passage suivant:

Il est bien connu que le métier Jacquard est capable de tisser n’importe quel dessin que l’imagination de l’homme peut concevoir. Il s’agit également d’une pratique courante pour les artistes qualifié·e·s d’être employé·e·s par les fabricants pour la conception de motifs. Ces motifs sont ensuite envoyés à un artisan particulier qui, au moyen d’une certaine machine, perce des trous dans une série de cartes en carton de telle manière que lorsque ces cartes sont insérées dans un métier à tisser Jacquard, il tisse ensuite sur ses produits le motif exact conçu par l’artiste. Maintenant, le fabricant peut utiliser, pour la chaîne et la trame de son travail, des fils qui sont tous de la même couleur; supposons qu’il s’agisse de fils écrus ou blancs. Dans ce cas, le tissu sera tissé d’une seule couleur; mais il y aura un motif damassé comme celui conçu par l’artiste. Mais le fabricant peut utiliser les mêmes cartes tout en insérant des fils de chaîne de n’importe quelle autre couleur. Chaque fil peut même être d’une couleur différente ou d’une nuance de couleur différente; mais dans tous ces cas, la forme du motif sera la même — seules les couleurs différeront. L’analogie de la machine analytique avec ce procédé bien connu est presque parfaite…. La machine analytique est donc une machine dont la nature est la plus générale. Quelle que soit la formule à développer, la loi de son développement doit lui être communiquée par séries de cartes. Lorsque celles-ci ont été insérées, la machine est réglée pour cette formule. La valeur numérique de ses constantes doit ensuite être placée sur les colonnes de roues en dessous, et en mettant en mouvement la machine, celle-ci calculera et imprimera les résultats numériques de cette formule.62

Dans les mots de Lady Lovelace, « la machine analytique tisse des motifs algébriques comme le métier Jacquard tisse des fleurs et des feuilles »63. Ainsi, Babbage et Lovelace ont vu dans le principe du métier Jacquard — celui d’utiliser en série un ensemble d’instructions partielles pour tisser la totalité d’un textile — un modèle qui pourrait être transposé dans un espace mathématique d’opérations sur les nombres afin de mécaniser celles-ci. Or, pour Babbage et ses partenaires, le lien entre le métier à tisser Jacquard et la machine analytique n’était qu’une transposition d’un environnement industriel à un environnement mathématique, et non l’indication d’un tiers espace mathématico-industriel caractérisant le processus de travail en général. Cette idée manquait, bien sûr, non seulement à Babbage et Marx, mais aussi à la plupart de celles et ceux qui ont étudié le processus de travail jusqu’aux années 1930. Par exemple, les efforts de « gestion scientifique » de Taylor, au tournant du siècle, étaient toujours engagés dans l’étude de temps et de mouvements qui fractionnaient linéairement le processus de travail afin de réduire ses composantes temporelles afin d’accélérer l’ensemble. Ainsi,  la taylorisation n’a pas examiné la profonde structure informatique du processus de travail.

Deuxièmement, Marx a compris, après Ure, le métier à tisser Jacquard comme un autre jalon de l’« histoire des inventions… qui n’ont vu le jour que comme armes de guerre du capital contre des émeutes ouvrières»64 Le métier à tisser de Jacquard était certainement cela, étant donné qu’il était dirigé contre l’une des parties les plus militantes de la classe ouvrière européenne, les travailleur·euse·s de la soie de Lyon. Comme l’a souligné un commentateur de la « république artisane » de Lyon:

Machine analytique de Babbage

Au dix-huitième siècle, l’industrie de la soie ou la fabrique était devenue un « domestic system » capitaliste comptant quelques centaines de marchands en charge de quelques milliers de maîtres tisserands pour produire la soie. La dépendance des maîtres à l’égard des pratiques d’embauche et de tarifs à la pièce (ou de salaire) des commerçants a forgé un lien de solidarité entre les maîtres et leurs « employé·e·s » ou compagnon·ne·s. L’une des conséquences a été une tradition de militance économique. Dès 1709, les tisserand·e·s de la soie boycottaient les commerçants pour obtenir des tarifs à la pièce plus élevés; en 1786 et de nouveau en 1789 et 1790, ils se sont ligué·e·s pour une convention générale des tarifs à la pièce… [Après la Révolution] les travailleur·euse·s de la soie et les autorités locales sont revenu·e·s à l’ancien concept de contrats collectifs garantis par le gouvernement en 1807, 1811, 1817-19 et 1822. De plus, les travailleur·euse·s de la soie ont formé des versions volontaires et autorisées de leurs anciennes corporations et ont utilisé ces sociétés d’aide mutuelle comme couvertures pour organiser des grèves65. 

Selon Ure, c’est face à ce secteur des travailleur·euse·s historiquement aussi intransigeant que Bonaparte et Lazare Carnot (le père de Sadi) ont mis Joseph Marie Jacquard au travail pour qu’il développe un métier à tisser contournant la compétence des tisserand·e·s de soie:

[Jacquard] fut ensuite appelé à examiner un métier à tisser sur lequel 20 000 à 30 000 francs avaient été dépensés pour la confection de tissus destinés à Bonaparte. Il s’engageait à faire, par un mécanisme simple, ce qui avait été tenté en vain par un mécanisme compliqué; et prenant comme modèle une maquette de machine de Vaucanson, il a produit le fameux métier Jacquard. Il est retourné dans sa ville natale [Lyon], récompensé par une pension de 1000 couronnes; mais il éprouva la plus grande difficulté à introduire sa machine parmi les tisserand·e·s de soie, et fut trois fois exposé à un danger imminent d’assassinat. Le Conseil des Prud’hommes, conservateurs officiels du commerce de Lyon, a détruit son métier à tisser sur la place publique, vendu le fer et le bois pour les vieux matériaux, et l’a dénoncé comme un objet de haine et d’ignominie universelles66. 

Toute cette rage pré-Luddiste de 1807 n’était pas fondée sur une mécompréhension. Le dispositif de cartes perforées Jacquard « réduit de moitié le temps nécessaire pour monter les métiers à tisser, élimine l’aide des tisserand·e·s et multiplie par quatre la productivité », réduisant ainsi les tarifs à la pièce, et, en 1846, environ un tiers des métiers à tisser en soie de Lyon étaient doté de dispositifs Jacquard67. Ure a, bien sûr, pris la résistance des tisserand·e·s de soie de Lyon à l’égard du métier à tisser Jacquard comme la réponse à courte vue typique des travailleur·euse·s vis-à-vis des conséquences inévitables et bénéfiques de la mécanisation, bien qu’Ure note également, plus tard, qu’« il semble qu’il y ait eu une dépréciation constante des salaires du tissage de la soie en France, de l’année 1810 à nos jours [1835] »68. Or, cette action et cette réaction des classes autour du métier à tisser Jacquard n’était, selon Ure, qu’un autre moment dans une lutte plus générale qui serait inévitablement gagnée par une alliance entre le capital et une classe ouvrière correctement châtiée.

Ure et Marx, qui a suivi le premier en inversant son propos, ont vu dans le passage de la Manufacture à l’Industrie moderne un processus général, qui cherchait à « substituer la science mécanique à l’habileté manuelle, et la partition d’un processus en ses composantes essentielles, pour la division ou la graduation du travail entre artisans »69. Or, cette description est assez vague et infiniment variable dans sa réalisation. Les questions à savoir « comment peut-on substituer la mécanique à l’habileté manuelle? » et « quelles sont les composantes essentielles d’un processus de travail? » demeurent ouvertes. Ni Ure, ni Marx ne considéraient le caractère spécifiquement identifiable de cette substitution, qui serait aussi universalisable, en plus d’être réductible au travail abstrait sur le marché du travail, en ce qui concerne Marx. En ce sens, la prise de conscience que l’induction par Babbage du principe de Jacquard dans la mécanisation des mathématiques contenait en elle une description générale du processus de travail est restée morte-née.

Cette idée devait être le résultat de la théorie des machines de Turing et de la « cosmologie du calcul » concomitante générée dans les années 1930 et 1940. À ce moment-là, un certain nombre de nouveaux facteurs étaient entrés en jeu: (a) les mathématiques elles-mêmes avaient été généralisées de manière remarquable; (b) la crise des salaires de la classe ouvrière des bureaux était arrivée à maturité; (c) les limites d’une analyse temporelle du mouvement du travail avaient été atteintes dans la formation du Congress of Industrial Organizations (CIO) et d’autres formes d’organisation de classe de l’« ouvrier-masse ». Ainsi, le terrain avait été préparé pour une nouvelle théorie des machines informatiques et du processus de travail, ou, plus précisément, pour l’application consciente de la théorie Babbage oubliée, jamais pleinement connue, de l’ordinateur universel.

Anna Deligianni, You've got wires comin' out of your skin

Conclusion. Une nouvelle théorie des machines ou une ancienne théorie du capitalisme — ou les deux?

Le résultat de ces préliminaires conceptuels et historiques a une apparence de contradiction. D’un côté, la cohérence de la théorie éculée de Marx sur le rôle des machines dans le capitalisme est confirmée, à l’encontre des affirmations de critiques tels que Mirowski; de l’autre côté, la théorie des machines de Marx se révèle clairement incomplète, puisqu’elle n’explique pas comment l’introduction des machines de Turing (les descendants de la machine analytique de Babbage) affecte le processus de travail, la création de plus-value et les modalités de la lutte des classes.

Philip Mirowski soutient que les analyses économiques marxistes comme bourgeois devraient remettre en question leur allégeance aux théories calquées sur les anciennes théories de la physique, qui ont été abandonnées au XXe siècle. Or, cet argument, comme je l’ai démontré dans la partie I, n’est pas valide. Cependant, Mirowski a raison sur un point. Il y a bel et bien une tension entre l’ancien et le nouveau dans notre condition historique par rapport à la science et aux machines, qui doit être isolée et résolue. C’est simplement que l’énorme productivité (et l’énorme violence) provoquée par l’introduction d’un nouvel ordre de machines dans le processus de travail met encore plus l’accent sur les catégories capitalistes (et anticapitalistes) de compréhension de soi. Il est important à ce stade de ne pas faire appel sans réfléchir à cette vieille rengaine marxiste, « la contradiction entre les forces et les rapports de production », et de ne pas en rester là. En effet, cette contradiction, comme Mario Tronti l’a souligné il y a longtemps, ne conduit pas nécessairement à un autre système de production post- et anticapitaliste, tel que Marx l’envisageait70. Dans la plupart des cas, elle ne fait que stimuler le développement du capitalisme lui-même.

Par conséquent, la théorie cohérente, mais incomplète de Marx sur les machines dans le capitalisme doit être étendue au domaine des machines de Turing. Une conséquence immédiate de cette extension serait une nouvelle conception des forces du processus de travail lui-même et de la manière dont la plus-value est créée. En effet, ce processus et ses forces sont intrinsèquement ni incommensurables, ni subversifs, et ne relèvent pas d’un conte du « travail immatériel » comme certain·e·s l’ont récemment soutenu71. 

Comment la nouvelle théorie des machines que j’ai décrite pourrait-elle soutenir ma thèse selon laquelle le travail immatériel n’existe pas? Elle doit démontrer que la technologie contemporaine n’est hantée ni par des forces « magiques » ni par de nouvelles et mystérieuses « idéations ». Ce qui semble être des produits du travail « immatériel » est le résultat d’un motif de production qui peut être réalisé par des machines (qu’elles soient composées de cartes en bois, en fer ou en papier et alimentées par des moteurs thermiques en plastique, en silicium ou en cuivre ou encore alimentées par des courants électriques). Ces machines sont entièrement « physiques » ou « matérielles », selon le sens courant de ces termes, de même que les motifs qu’elles produisent et, surtout, qu’elles reproduisent. En effet, la reproduction de motifs, qu’ils soient « composés » de soie pure ou d’électrons purs, se trouve au coeur de la production capitaliste. Une nouvelle théorie des machines aiderait à expliquer les conséquences capitalistes de la capacité de produire mécaniquement ces motifs.

Les artisans lyonnais qui ont brisé les métiers Jacquard ont reconnu une vérité importante pour la lutte des classes, qui devrait être inscrite dans une telle théorie. Les machines peuvent reproduire les motifs qu’ils — les êtres humains intelligents et créatifs — ont tissés. Des millions d’artisan·e·s, d’ingénieur·e·s, de commis et de programmeur·euse·s informatiques ont appris la même leçon depuis. Aucune production de marchandises reproductibles est essentiellement non mécanisable. 

En corollaire, la nouvelle théorie des machines fournirait certainement une critique du « travail immatériel » tel que défini par Michael Hardt et Antonio Negri. Pour le constater, passons en revue les trois types de travail qu’ils réunissent sous la rubrique « travail immatériel »: (1) «la production et la manipulation de l’affect et requiert – virtuellement ou réellement – le contact humain : c’est le travail in bodily mode »; (2) « une production industrielle qui a été informatisée »; (3) « le travail immatériel à visée analytique et symbolique, qui se divise lui-même en manipulation intelligente et créatrice d’une part, et tâches symboliques routinières de l’autre »72.

Bien sûr, Hardt et Negri sont libres de forger n’importe quel terme qu’ils souhaitent pour exprimer leurs idées. Ils semblent avoir choisi « immatériel » — un adjectif chargé d’un bagage métaphysique et politique — comme moyen de différencier leur vision du capitalisme de la tradition marxiste « matérialiste ». En faisant ce choix, cependant, ils entrent également dans un domaine avec une histoire qui doit être prise en considération. Par exemple, après la longue lutte du mouvement des femmes pour que le « travail ménager », le travail « reproductif » et le corps soient reconnus comme devant être au cœur de l’analyse du capitalisme, il est décourageant de voir deux hommes décrire comme « immatériels » les résultats incarnés du travail reproductif accompli en grande partie par des femmes! En effet, nous voyons cette tension dans leur définition même de ce type de travail immatériel: «le travail in bodily mode »73. La dissonance entre l’immatérialité et un bodily mode (mode corporel) devrait nous alerter sur le caractère problématique de l’utilisation d’un terme comme le « travail immatériel ».

La nouvelle théorie des machines appuierait davantage une critique du terme « travail immatériel ». Après tout, la distinction même entre « manipulation intelligente » et « tâches symboliques routinières », si importante pour Hardt et Negri, est remise en question par la théorie de la machine de Turing, tout comme la notion selon laquelle les tâches analytiques et symboliques sont intrinsèquement irréductibles à des opérations parfaitement mécanisables. Alors que Turing a exorcisé « le fantôme de la machine » il y a plus d’un demi-siècle, le retour de Hardt et Negri à une rhétorique cartésienne opposant esprit/corps et matériel/immatériel pourrait réactiver la « spiritualité de la machine », au prix d’une grande confusion74. De plus, la notion selon laquelle l’information est « immatérielle » a été contrée avec succès dans le développement de la théorie de l’information (là encore il y a plus d’un demi-siècle), qui considérait l’information comme l’inverse de l’entropie75. Le fait que l’information, comme l’entropie, ne soit pas « tangible » ne signifie pas qu’elle n’est pas « physique » (elle n’est donc pas « immatérielle » pour autant).

Je reviens donc à ma thèse initiale: le travail immatériel n’existe pas. J’entends par là deux choses. Premièrement, l’adjectif « immatériel » participe d’un champ sémantique binaire (immatériel/matériel) qui provoque un discours philosophique problématique depuis des siècles. Doit-on revenir aux débats aristotélicien/platonicien sur la relation entre la forme et la matière ou encore commencer à discuter à savoir si un fossé est immatériel (et donc si creuser un fossé est un « travail immatériel »)? Suivre Hardt et Negri et les autres théoriciens du « travail immatériel » sur ce terrain ne semble pas être un « exode » judicieux pour le mouvement anticapitaliste. Deuxièmement, le terme « travail immatériel » échoue à faire ressortir d’importantes caractéristiques communes du travail, comme le travail ménager et la programmation informatique. Ce n’est pas que Hardt et Negri et autres « immatérialistes » ne trouvent pas de points communs entre les tâches ménagères et la programmation informatique, mais plutôt que le type de points communs qu’ils trouvent n’est pas utile pour comprendre la lutte des classes dans cette période de l’histoire. Ainsi, leur incapacité à identifier la production de valeur mesurable comme un point commun entre ces deux formes de travail est un problème crucial de leur oeuvre.

Cependant, Hardt et Negri ont raison d’insister sur l’importance de la machine de Turing pour les luttes du XXIe siècle. Comme pour toutes les machines, la machine de Turing définit un terrain de lutte avec ses propres repères et son histoire encore en formation. Une nouvelle théorie des machines qui rassemble des machines simples, des moteurs thermiques et des machines de Turing permettrait d’étudier ce terrain et d’aller au-delà de la simple constatation de l’existence persistante de contradictions et de conflits entre travailleur·euse·s et machines dans la production capitaliste du XXIe siècle.

J’espère que mes efforts préliminaires inviteront d’autres personnes à se joindre à la tâche.

*  *  *

Traduction par Etienne Simard.

Article paru en anglais dans la revue ephemera, volume 7, no. 1 (2007) et dans le livre In letters of blood and fire (2013).

Les illustrations sont tirées de l’oeuvre d’Anna Deligianni.

NOTES


 

1.  [Traduction libre] Galilelo Galilei, On Motion and On Mechanics, Madison, University of Wisconsin Press, 1960, p. 150. [À partir de «la chute» jusqu’à la fin de la citation, la traduction est tirée de Philippe Breton, Alain-Marc Rieu et Frank Tinland, La techno-science en question : éléments pour une archéologie du XXe siècle, Seyssel, France : Champ Vallon, 1990, p. 86.]

2. Arthur W. J. G. Ord-Hume, Perpetual Motion: The History of an Obsession, New York, St. Martin’s Press, 1977.

3. Hardt et Negri, Empire, Paris : Exils, 2000.

4. Karl Marx, Un chapitre inédit du Capital, Paris, Union générale d’Éditions, 1971, p. 104.

5. Alan Turing, On Computable Numbers with an Application to the Entschedungproblem, dans Brian Jack Copeland (dir.) The Essential Turing. Seminal Writings in Computing, Logic, Philosophy, Artificial Intelligence, and Artificial Life plus The Secrets of Enigma, Oxford, Clarendon Press.

6. George Caffentzis, «Why Machines Cannot Create Value: Marx’s Theory of Machines», dans In Letters of Blood and Fire: Work, Machines, and the Crisis of Capitalism, Brooklyn-Oakland, Autonomedia-Common notions-PM Press, 2013, p. 139-163.

7. Galileo Galilei, On Motion and On Mechanics, Madison, University of Wisconsin Press, 1960; Stillman Drake, Galileo at Work: His Scientific Biography, Chicago, University of Chicago Press, 1978.

8. Galileo Galilei, On Motion and On Mechanics, Madison, University of Wisconsin Press, 1960, p. 150.

9. Galileo Galilei, On Motion and On Mechanics, Madison, University of Wisconsin Press, 1960, p. 150.

10. Galileo Galilei, On Motion and On Mechanics, Madison, University of Wisconsin Press, 1960, p. 150.

11. Cité dans Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 485.

12. Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 484.

13. Karl Marx, Le Capital. Livre III, Montréal, Nouvelle Frontière, 1976, p. 172.

14. [Traduction libre] Novalis, Henry von Ofterdingen, New York : Frederick Ungar Pub. Co., 1964, p. 88.

15. Eugen von Böhm-Bawerk, Karl Marx and the Close of His System, New York, Augustus M. Kelley, 1949.

16. Paul Samuelson, Understanding the Marxian notion of exploitation: a summary of the so-called transformation problem between Marxian values and competitive prices, Journal of Economic Literature, 9, 1971, p. 399-431.

17. En référence à l’économiste Piero Sraffan (NdT).

18. Voir Ian Steedman et al., The Value Controversy, Londres, Verso ; Anwar Shaikh, Marx’s Theory of Value and the “transformation problem”, dans Jesse Schwartz (dir.) The Subtle Anatomy of Capitalism,Santa Monica, Goodyear Publishing Company, 1977, p. 106-139.

19. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989.

20. Ernst Cassirer, Substance et fonction. Éléments pour une théorie du concept, Paris, Éditions de Minuit, 1977.

21. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p. 177.

22. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p. 180.

23. Sadi Carnot, Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance, Paris, Chez Bachelier, 1824.; Rudolf Clausius, «Sur diverses formes facilement applicables qu’on peut donner aux équations fondamentales de la théorie mécanique de la chaleur», Journal de mathématiques pures et appliquées, 2 (10), 1865, p. 361-400.

24. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p.  184.

25. [Traduction lire] Cassirer, E. (1953) Substance and Function. New York: Dover, p. 199-200 [En pleine crise sanitaire, il m’a été impossible de mettre la main sur la version française publiée aux éditions de Minuit. NdT].

26. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p.  181.

27. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p. 181.

28. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p. 184.

29. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p.  185.

30. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p.  394.

31. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p.  6.

32. Jean Baudrillard, Le miroir de la production, Paris : Galilée, 1985.

33. Mirowski, P. , More Heat than Light. Economics as social physics: Physics as nature’s economics, Cambridge: Cambridge University Press, 1989, p. 180.

34. Paton, R. (ed.), Science in the Nineteenth Century, New York: Basic Books, 1965, p. 302.

35. Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 484.

36. Cité dans Youmans, E. L., The Correlation and Conservation of Forces: A Series of Expositions, New York: Appleton & Co., 1872, p. 172.

37. Cité dans Truesdall, C. A., The Tragicomical History of Themodynamics, New York: Springer Verlag, 1980, p. 259.

38. Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 43.

39. [Traduction libre] Cité dans Youmans, E. L., The Correlation and Conservation of Forces: A Series of Expositions, New York: Appleton & Co., 1872, p. 227.

40. Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 236.

41. [Traduction libre] Copeland, B. J. (ed.), The Essential Turing. Seminal Writings in Computing, Logic, Philosophy, Artificial Intelligence, and Artificial Life plus The Secrets of Enigma, Oxford: Clarendon Press, 2004, p. 41.

42. Clagett, M., The Science of Mechanics in the Middle Ages, Madison: The University of Wisconsin Press, 1959,  p. 3-68.

43. Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 393-394.

44. Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 489-491.

45. Caffentzis, G., «Why Machines cannot Create Value: Marx’s Theory of Machines», in J. Davis et al. (eds.), Cutting Edge: Technology, Information Capitalism and Social Revolution, London: Verso, 1997.

46. Hyman, A., Charles Babbage: Pioneer of the Computer, Oxford: Oxford University Press, 1982, p. 105.

47. Babbage, C, Passages from the Life of a Philosopher, New York: A.M. Kelley, 1969, p. 389-390.

48. Carnot, S., Reflexions on the Motive Power of Fire, trans. and edited by R. Fox, Manchester: Manchester University Press, 1986 [1824], p. 67.

49. [Traduction libre] Hyman, A., Charles Babbage: Pioneer of the Computer, Oxford: Oxford University Press, 1982, p. 170.

50. Hyman, A., Charles Babbage: Pioneer of the Computer, Oxford: Oxford University Press, 1982, p. xiii, cité dans Dubbey, J.M.,  «The Mathematical World of Charles Babbage» in R. Herkin (ed.), The Universal Turing Machine – A Half-century Survey, New York: Oxford University Press, 1988, p. 217.

51. [Traduction libre] Dubbey, J.M.,  «The Mathematical World of Charles Babbage» in R. Herkin (ed.), The Universal Turing Machine – A Half-century Survey, New York: Oxford University Press, 1988, p. 217.

52. Cardwell, D.S.L., Turning Points in Western Technology: A Study of Technology, Science and History, New York: Science History Pub, 1972, p. 89-120.

53. [Traduction libre] Babbage, C, Passages from the Life of a Philosopher, New York: A.M. Kelley, 1969, p. 68.

54. [Traduction libre] Cité dans Babbage, C., Charles Babbage and his Calculating Engines: Selected Writings by Charles Babbage and Others, edited with an introduction by Philip Morrison and Emily Morrison, New York: Dover, 1961, p. 252.

55. La partie qui n’est pas entre crochets est citée par Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 471.

56. Babbage, C., On the Economy of Machinery and Manufactures, London: Charles Knight. 1892, p.  176-177.

57. Hyman, A., Charles Babbage: Pioneer of the Computer, Oxford: Oxford University Press, 1982, p. 254.

58. Caffentzis, G., «The Work-Energy Crisis and the Apocalypse», in Midnight Notes Collective (ed.) Midnight Oil: Work, Energy, War, 1973-1992, New York: Autonomedia, 1992, p. 232-238.

59. [Traduction libre] Braverman, H., Labor and Monopoly Capital: The Degradation of Work in the Twentieth Century, New York: Monthly Review, 1974, p. 295. [En raison de la crise sanitaire, il m’a été impossible de mettre la main sur la version française : Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste : la dégradation du travail au XIXe siècle, Paris : Maspero, 1976. NdT].

60. Braverman, H., Labor and Monopoly Capital: The Degradation of Work in the Twentieth Century, New York: Monthly Review, 1974, p. 296-298.

61. Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 479-491.

62. [Traduction libre] Babbage, C., Charles Babbage and his Calculating Engines: Selected Writings by Charles Babbage and Others, edited with an introduction by Philip Morrison and Emily Morrison, New York: Dover, 1961, p. 55.

63. [Traduction libre] Cité dans Hofstadter, D., Godel, Escher, Bach: The Eternal Golden Braid, New York: Random House, 1980, p. 25.

64. Karl Marx, Le Capital. Livre I, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 489.

65. [Traduction libre] Stewart-McDougall, M. L., The Artisanal Republic: Revolution, Reaction, and Resistance in Lyons, 1848-51, Kingston, Ont.: McGill-Queens University Press, 1984, p. xiv-xv.

66. [Traduction libre]  Ure, A., The Philosophy of Manufactures, New York: A. M. Kelley, 1967, p. 256-257.

67. Stewart-McDougall, M. L., The Artisanal Republic: Revolution, Reaction, and Resistance in Lyons, 1848-51, Kingston, Ont.: McGill-Queens University Press, 1984, p. 12.

68. [Traduction libre] Ure, A., The Philosophy of Manufactures, New York: A. M. Kelley, 1967, p. 264.

69. [Traduction libre] Ure, A., The Philosophy of Manufactures, New York: A. M. Kelley, 1967, p. 20.

70. Mario Tronti, Ouvriers et capital, Genève: Entremondes, 2016 [1977].

71. Hardt et Negri, Empire, Paris : Exils, 2000.

72. Hardt et Negri, Empire, Paris : Exils, 2000.

73. Hardt et Negri, Empire, Paris : Exils, 2000.

74. Kurzweill, R., The Age of Spiritual Machines: When Computers Exceed Human Intelligence, New York: Viking, 1999.

75. Weiner, N., Cybernetics; or, Control and Communication in the animal and the machine, New York: MIT Press, 1961.